Au hasard des archives...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 29 décembre 2011

L'Armorial Breton de Guy Le Borgne : extraits (1)

Le titre de cet ouvrage de 1667 est un peu trompeur, puisqu'il concerne beaucoup plus les évêchés de Tréguier et de Saint-Pol de Léon que le reste de la Bretagne, ainsi que l'indique la page de garde :

Armorial Breton, contenant par ordre alphabétique et méthodique les noms, qualitez, armes et blasons des nobles, annoblis, et tenans terres et fiefs nobles es eveschez de Treguier, et de Leon, avec plusieurs autres familles externes tant à raison de leur parentez et alliances, que pour les terres et seigneuries qu'elles y possedent, ensemble de plusieurs grandes et illustres maisons de cette Province mesme du Royaume, et autres Pays estrangers au frontispice de chaque lettre, et de plus un abregé de la science du blason.

Et bien voilà, tout est dit. Ce titre complet résume parfaitement ce qu'est l'ouvrage. Donc au risque de le paraphraser, je dirais qu'il présente les familles et terres par ordre alphabétique, sauf en haut de chaque lettre, où l'auteur reprend les armes de quelques grandes et illustres maisons, un peu à la manière des armoriaux médiévaux, où l'ordre des blasons respecte une certaine hiérarchie. Ces notices reprennent parfois les origines fabuleuses, les mythes forgés aux siècles précédents pour asseoir plus encore l'ancienneté de ces familles. Contrairement à ce que laissait entendre récemment un conférencier, nous ne pensons pas que Guy Le Borgne s'est laissé abusé et croyait à ces légendes. Il ne les relate en fait que pour ces familles placées en tête de lettrine, et les précaution oratoire qu'il prend témoignent qu'il n'en est pas dupe. Les notices de ces maisons illustres (le mot maison désigne ici aussi bien une famille qu'une terre) sont une sorte de trait d'union entre l'Armorial Breton et la tradition héraldique médiévale.

Quelles sont ces maisons que Guy Le Borgne met en valeur dans son ouvrage ? C'est ce que nous avons choisi de vous présenter aujourd'hui. Notre transcription, faite sur l'exemplaire conservé à la Bibliothèque Municipale de Rennes (les Champs Libres), respecte à la lettre près la graphie de l'impression de 1667.

A

Amboise, Maison aussi illustre & ancienne qu’il y en ait en France, & qui a produit une infinité de Personnages de grand renom, comme un Admiral de France, le Cardinal d’Amboise tres-grand Ministre d’Estat, un Grand-Maistre de Malthe, un Archevesque de Roüen, & un Evesque de Treguier, ils portent pour Armes Pallé d’Or & de gueulle de six pieces.

Ancenis
, A. B. de Gueulle à trois Quintefeilles d'Hermines.

Anjou, Appanage ordinaire de l'un des Enfans puisnez de France, anciennement Comté, depuis erigé en Duché & Pairie par le Roy Charles V l'an 1350 portoit jadis de gueulle à l'Escarboucle pommettée & fleuronnée d'Or, contrescartelé d'Or à l'Aigle éployée de synople, maintenant de France à la bordure de gueulle.

Avaugour, premiere & ancienne Baronnie de Bretagne, portoit d'Argent au Chef de gueulle, maintenant écartelé au premier & quatrième de Bretagne, qui est d'argent semé d'Hermines de Sable, contrescartelé d'autres écartelez, dont le premier & dernier sont de France ; au second & troisième de Milan, qui est d'argent à une Guyure ondée d'azur jettant par la bouche un enfant de gueulle, & sur le tout d'argent au Chef de gueulle, qui est Avaugour.

B

Bourbon, Maison Ducalle des plus Augustes de la Chrestienté, qui a donné origine à la Royalle Branche de nos Roys & Princes de ce Nom, porte de France, autrement d'Azur à trois Fleurs de Lys d'Or 2 & 1 de toute antiquité cette Illustrissime Maison estoit erigée en Baronie, & portoit lors en Armes d'Or au Lion de gueulle à l'Orle de 10 Coquilles d'azur, mais depuis Elle a esté érigé en Duché & Païrie environ l'an 1327 par le Roy Philippes de Valois, dont le premier Duc fut Louys de Clermont.

Bearn Vicomté Souveraine, d'Or à deux Vaches passantes l'une sur l'autre de gueulle accornées, accollées & clarinées d'azur.

Beaufort Comté, depuis erigé en Duché & Païrie par le Roy Henry IV d'immmortelle Memoire, l'an 1597 porte de France au Bâton de gueulle, pery en bande, chargé de trois Lyonceaux d'argent ; Vandôme /idem/.

Berry, erigé en Duché & Païrie par le Roy Jean I l'an 1350, porte de France à la bordure engreslée de gueulle.

Bloys, Comté & Appanage ordinaire de l'un des enfans de France, porte semé de France à la bordure de gueulle.

Bloys Comté, autrement dit de Chastillon, portoit de gueulle à trois pal de vair.

Bois-Dauphin, dont il y a eu un Mareschal de France, pour les Armes, voyez de Laval, le dernier Evesque de Leon & à present de la Rochelle, l'un de Insignes Prelats de nostre temps, est issu de cette Illustre Maison.

Boüillon, Duc & Prince de Sedan, pour les Armes voyez la Tour d'Auvergne.

Bourgogne, Duché & Doyen des anciens Païrs de France, portoit pour Armes antiques, bandé d'Or & d'azur de six pieces à la bordure de gueulle, Modernes semé de France à la bordure componée d'argent & de gueulle avec la devise, Tout par Amour & rien par Force.

Boute-ville, Montmorency, pour les Armes, voyez Montmorency.

Brest, Ville & citadelle en bas-Leon des plus renommée de la Province, tant pour sa situation & rare structure, que pour estre decorée d'une des belles Chambres du Royaume pour recevoir des Armées Navalles de quelque port que fussent les Vaisseaux, porte my-party de France & de Bretagne.

Bretagne en sa premiere creation, erigée en Royaume, ayant produit, selon l'opinion commune des Historiens, seze Roys consecutifs tous Chrestiens, depuis erigée en duché par le roy Philippes le Bel environ l'an 1197 pour ses Armes antiques, les Annalistes ne se rapportent point, luy attribuant tantost des macles pareilles à celles de Rohan, que l'on tient prendre origine de Maclianus qui dominoit en cette province du temps du roy Clovis, tantost des Gerbes, les plus modernes & recentes, sont d'argent semé d'Hermines de sable avec cette devise, à ma Vie. Les anciennes Chroniques attribuent ce changement d'Armes à Artur le Preux Roy de la Grande-Bretagne, lequel ayant levé une puissante Armée pour conquerir les Gaulles, du temps que Flolo, l'un des Tribuns de Rome, en estoit Gouverneur, sous le Regne de Leon I Empereur des Romains, auroit mis le siege devant Paris, où Flolo s'estoit refugié avec ses Gens d'Armes, lequel se deffiant de ses forces, & jugeant bien ne se voir en estat de pouvoir repousser ledit Artur, il luy fist faire un deffy de combattre seul à seul l'un contre l'autre, & celuy des deux qui demeureroit victorieux seroit proclamé Souverain des Gaulles : Ce que Artur consentit de faire à la veüe des deux armées, neantmoins que Flolo fust d'une stature toute gigantalle & bien d'une autre force que luy, & s'estans donc tous deux rendus en l'Isle de Nostre-Dame de Paris, lieu destiné pour cet effet, La Sacrée Vierge Marie s'apparut au fort du Combat entre ces deux valleureux Champions, qui de l'envers de son manteau fourré d'Hermines couvrit le Bouclier d'Artur, dont Flolo demeura tellement effrayé & interdit, qu'en l'instant il perdit la veüe, et au mesme temps Artur, quoyque grièvement blessé, luy déchargea un coup de son épée (appellée Caliburne) sur la teste, & le laissa tout roide-mort sur la place ; De laquelle vision, Artur ayant esté averty de circonstance en autre, fist bastir une Eglise en l'honneur de la Bien-heureuse Vierge Marie Mere de Dieu, au lieu où est à present l'Eglise de Nostre-Dame de Paris, & delibera avec Hoël (surnommé le Grand) son neveu IV Roy de cette province, de prendre à l’avenir les Hermines pour leurs Armes, qui ont esté depuis continuées par les Successeurs Roys et Ducs de Bretagne, laquelle fut unie & incorporée pour jamais à la Couronne de France au grand consentement des Bretons, sous le regne de François I du consentement des Estats de cette province, en l'an 1532.

Brie Comté, porte burellé d'argent & d'azur de 8 pieces, au Lion de gueulle brochant à dextre sur le tout.

Brissac alias Comte & Mareschal de France, depuis erigé en Duché & Païrie l'an 1618 par le Roy Louys XIII de glorieuse memoire, en consideration des grands & signalez services que les Seigneurs de cette Maison ont rendus dans les principales Charges du Royaume, sous les Regnes de quatre roys sans intermission, elle porte de sable à trois fasces dantelées d'Or par embas, ecartelé d'autres grandes & illustres Alliances.

de Brosse dit de Bretagne, jadis Comte de Penthievre & Duc d'Estampes, Vicomte de Brosse, &c portoit d'azur à trois gerbes d'Or liées de gueulle 2 & 1 écartelé de Bretagne.



A suivre...

- Cet article est sous licence Creative Commons by-nc-sa.

lundi 31 octobre 2011

La légende arthurienne sur Gallica (nouveautés)

Gallica a mis en ligne depuis 15 jours un certain nombre de manuscrits ayant pour sujet la légende arthurienne. J'avais commencé à les twitter au fur et à mesure de leur apparition, mais il me semble plus judicieux de les recenser dans un billet dédié, en espérant que cela sera utile à quelques médiévistes de Bretagne ou d'ailleurs...

Gallica a aussi mis en ligne un manuscrit du XVe siècle, Ms Français 850, qui est la Chanson de Bertrand du Guesclin par Cuvelier. Pour les historiens de la mer, on signalera aussi un Manuel de pilotage à l'usage des pilotes bretons de 1548.


Légende arthurienne (uniquement les nouveautés depuis 15 jours)

Robert de Boron, Histoire du Saint Graal, Roman de Merlin, Roman de Lancelot

Gautier Map, Lancelot du Lac


Renaud de Beaune, Fragment de Lancelot du Lac


Histoire du Saint-Graal et Roman de Tristan


Histoire de la Table Ronde, nommé le Livre de Tristan, translaté par Luce du Gad


- Cet article est sous licence Creative Commons by-nc-sa.

dimanche 23 octobre 2011

Preuves de Casimir Joseph de Mengin de Fondragon.

Voici les preuves de noblesse du frère aîné de François-Marie de Mengin de Fondragon.

Procès-verbal des preuves de la noblesse de Casimir-Joseph de Mengin de Fondragon, agréé par le Roi pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans le collège royal de la Flèche.

D’azur à une fasce d’or surmontée d’un griffon à demi-corps de même.

Ier degré, produisant. Casimir Joseph de Mengin de Fondragon, 1760.

Extrait des registres des batêmes de la paroisse de Saint Sauveur à Lille en Flandres, portant que Casimir-Joseph fils du légitime mariage de messire Pierre de Mengin, chevalier, sieur de Fondragon, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint Louis, ancien capitaine du régiment de Picardie, alors major du Fort Saint Sauveur de la dite ville de Lille, et de dame Marie Anne Joseph de Fontaine, naquit le quatorze de janvier mil sept cent soixante et fut batisé le même jour. Cet extrait signé Mortreux, vicaire de Saint Sauveur et légalisé.

[p. 220] IIe degré, père. Pierre de Mengin de Fondragon, Marie Anne Joseph de Fontaine, sa femme, 1751.

Contrat de mariage de messire Pierre de Mengin, chevalier, sieur de Fondragon, capitaine au régiment de Picardie et chevalier de l’ordre militaire de Saint-Louis, natif de la ville d’Astaffort, diocèze de Condom, fils de feu messire Isaac, chevalier, seigneur de la Rocquette, etc, et de défunte dame Marie Anne d’Avache de Thèze, accordé le six de décembre 1751 avec demoiselle Marie Anne Joseph de Fontaine, fille de feu Gilles, seigneur de Sarteaux, conseiller du roy et son procureur sindic de la ville de Lille, et de dame Marie Barbe Joseph Marisal. Ce contrat passé en la dite ville de Lille devant Caullet notaire royal de la résidence de la même ville.

Arrêt du Conseil d’État du Roy tenu à Versailles le 23 de décembre 1761, par lequel Sa Majesté maintient Pierre Mengin, chevalier de Saint Louis, ancien capitaine au régiment de Picardie, et major du Fort Saint Sauveur à Lille en Flandre, fils de messire Izaac Mengin chevalier seigneur de la Rouquette, et de feue Marie Anne d’Avache de Thèze, dans son ancienne noblesse, le déclare et ses enfants nés et à naître en légitime mariage, nobles d’ancienne extraction, veut qu’ils soyent regardés comme tels, qu’ils jouissent des pivilèges attachés à la noblesse, et que leurs noms soyent inscrits dans le catalogue des nobles, et ce sans s’arrêter à une ordonnance du sieur Pellot intendant de Bordeaux rendue par forclusion le 26 d’août 1666 contre Pierre Mengin, ayeul dud. autre Pierre, laquelle ordonnance Sa Majesté casse et annulle, sans qu’il puisse lui être opposé qu’il est né depuis la dite ordonnance, dont à cet effet elle le relève et dispense, en tant que de besoin, voulant que cette ordonnance ne lui puisse nuire ni préjudicier. Cet arrêt signé Phelypeaux fut enregistré au greffe du Parlement de Bordeaux le 9 de mars 1763 en conséquence de l’arrêt de la dite Cour.

Extrait des registres des batêmes de l’eglise paroissiale de Saint Félix d’Astaffort, diocèze de Condom, [p. 221] portant que Pierre, fils de noble Izaac Mengin de la Roquète et de dame Marie Anne d’Avach de Thèse sa femme, fut batisé le 12 de may 1716. Cet extrait signé Duffour curé d’Astaffort et légalisé.

IIIe degré, Ayeul. Izaac de Mengin de la Rouquette, Marie Anne d’Avach de Thèze sa femme, 1713.

Extrait des registres des mariages de la paroisse de Saint Félix d’Astaffort en Condomois, portant que noble Izaac de Mengin fils de noble Pierre Mengin, sieur de la Gardolle, et de demoiselle Anne Guaros, et demoiselle Marie Anne d’Avach de Thèse, tous deux de la dite paroisse, reçurent la bénédiction nuptiale le 10 de juillet 1713. Cet extrait signé Larraton de Lagonde, curé de la ville et paroisse d’Astaffort, et légalisé par l’évêque de Condom.

Testament olographe de noble Izaac de Mengin de la Rouquette, fils de feu noble Pierre Mengin, sieur de la Gardole et d’Anne Garros, fait le 25 de septembre 1734, par lequel il déclare que de son mariage avec feue dame Marie Anne d’Avach de Tèze, il lui restoit trois enfants, savoir deux garçons et une fille, nommés Pierre, Andronic et Marguerite, fait un legs à demoiselle Marguerite des Beurs alors son épouse, et institue son héritier universel le dit Pierre Mengin son fils aîné. Ce testament signé la Rouquette Mengin testateur fut souscrit le même jour en la ville d’Estafort en Condomois par acte passé devant Marcais, notaire royal de la dite ville, et fut ouvert le 28 d’août 1740 par le dit Marcais, détenteur dud. testament, à la requisition de la d. demoiselle Marguerite des Burs, veuve dudit noble Izaac de Mengin, sieur de la Rouquette, et de nobles Pierre et Andronic de Mengin, sieurs de Fondragon, fils dudit défunt.

Extrait des registres de la paroisse d’Astaffort, diocèze de Condom, portant que noble Izaac de Mengin, fils de noble Pierre de Mengin, sieur de la Gardole et de demoiselle Anne de Garros, naquit le trente d’avril 1666 et fut batisé le lendemain. Cet extrait signé Duffour, curé d’Astaffort et légalisé.

[p. 222] IVe degré, bisayeul. Pierre Mengin de la Gardolle, Anne de Garos sa femme, 1648.

Contrat de mariage de noble Pierre Mengin, sieur de la Gardolle, fils de noble Jean Mengin, capitaine au régiment de Navarre, et de demoiselle Claire de Blaud sa femme, accordé le dix neuf de may mil six cent quarante huit, avec demoiselle Anne de Garros, fille de Bernard de Garros, conseiller du roy, lieutenant principal en la sénéchaussée d’Armagnac au siège de Lectoure, et de demoiselle Françoise de Chastanet son épouse. Ce contrat passé devant Fourné, notaire royal de la ville d’Astaffort en Condomois.

Extrait des registres des batêmes de la paroisse de Sainte Aquiterie de Barbonvielle (diocèze de Condom), portant que Pierre fils de noble Jean Mengin ecuyer, capitaine au régiment de Navarre, et de demoiselle Claire Blaut sa femme, fut batisé le douze d’octobre mil six cent vingt et un. Cet extrait signé Desparpailhat curé de lad. église, et légalisé.

Nous Antoine Marie d’Hozier de Sérigny, chevalier, juge d’armes de la noblesse de France, et en cette qualité commissaire du roi pour certifier à Sa Majesté la noblesse des élèves de l’École royale militaire et du Collège royal de la Flèche, chevalier grand-croix honoraire de l’Ordre royam de Saint Maurice de Sardaigne,

Certifions au roi que Casimir Joseph de Mengin de Fondragon a la nécessaire pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans le Collège Royal de la Flèche, ainsi qu’il est justifié par les actes énoncés et visés dans ce procès-verbal que nous avons dressé et signé à Paris le vingt septième jour du mois de novembre de l’an mil sept cent soixante neuf.

[Signé:] d’Hozier de Sérigny.

Généalogie :

Isaac de Mengin
X Marie Anne Davach de Thèse
|
Pierre de Mengin de Fondragon
X 1751 Marie Anne Josèphe de Fontaine
|
Pierre Robert Joseph de Mengin de Fondragon
X 1781 Marie Charlotte Le Mesre
|
Pierre Charles Joseph de Mengin-Fondragon
X 1807 Anne Louise Rousseau de Chamoy
| Euphémie Charlotte de Mengin-Fondragon
X 1842 Marie François Emilien Aubourg de Boury
|
Marie Aurélie Charlotte Aubourg de Boury X 1866 Alfred de Villoutreys
|
Louise de Villoutreys de Brignac
X 1890 Joseph-Edmond H. de la Pinsonnais
|
Jean H. de la Pinsonnais
X Elisabeth de Brébisson
Mes grands-parents

- Cet article est sous licence Creative Commons by-nc-sa.

- page 6 de 34 -