L’armorial de du Paz, 2

Voici la suite des blasons (1) de l’Histoire généalogique de plusieurs maisons illustres de Bretagne de du Paz, paru en 1619. Les blasonnements sont ceux donnés par du Paz (la fin bientôt)… Derval (de) escartelé d’hermines & d’argent à deux faces de gueules Dinan (de) De gueules à quatre fusees d’argent semees d’hermines, & quatre

L’armorial de du Paz

Aujourd’hui, ce n’est pas vraiment un document d’archive que je voudrais partager, mais des dessins issus d’un livre imprimé en 1619. Augustin du Paz était un religieux dominicain rennais, docteur en théologie, mort en décembre 1631 à Quimperlé, connu pour avoir écrit une Histoire généalogique de plusieurs maisons illustres de Bretagne en 1619. En fait,

Un aveu en 1733

Voici un aveu – ou plus exactement, la copie d’un aveu – rendu par Thomas Duval, écuyer, sieur de la Potterie (en Saint-Nicolas des Bois, Orne), à Haut et Puissant Charles de la Trémoïlle, duc de Thouars, pair de France et pour ce qui nous intéresse, baron de Vitré. On remarquera l’importance du personnage par

Notes de couturières vers 1800

Aujourd’hui, trois notes de couturières, trouvées ensembles, seule la troisième est dattée (1814), mais elle me semble plus récente que les deux premières qui me semblent plutôt dater des années 1780 ou début 1790. Mademoiselle du Valle/Duval est soit Marie Jacqueline Duval de la Potterie, mariée en 1784 à Guy Vincent Hochedé, soit sa soeur

Nantes – Ecole Industrielle et Ménagère vers 1920

Les premières cartes postales illustrées sont apparues en France dans les années 1880, et en 1891, elles reproduisirent des photographies. Mais ce n’est vraiment qu’à partir de 1900 qu’elles connurent un succès toujours croissant jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale, âge d’or de la carte postale. N’oublions pas qu’à cette époque, il y avait peu d’illustrations

Indulgences plénières à la Confrérie de la Sainte Vierge de Cesson en 1701

Voici un document très intéressant découvert aux Archives Départementales des Côtes d’Armor par Pascal Lorant, responsable des Amis du Turnegouët. Connaissant mon intérêt pour l’héraldique bretonne, il me l’a envoyé. Mais ce document est plus qu’une simple curiosité héraldique et intéressera certainement les chercheurs et curieux d’histoire religieuse ou d’histoire locale. Il concerne la confrérie