Pour traverser la Vilaine plus aisément qu'en chaland, un pont fut construit de 1837 à 1840 à la Roche-Bernard. Il fut malheureusement emporté par une tempête en 1852. Reconstruit, il fut encore détruit par une autre tempête en 1870. Une passerelle provisoire est alors mise en place... jusqu'à ce que 40 ans plus tard, un nouveau pont, en arc, soit bâti par l'ingénieur Lebert, à partir des piles du précédent pont.

(Collection A. de la Pinsonnais)

Mais ce nouveau pont n'aura pas plus de chance... En 1944, les allemands y place des charges explosives au cas où les américains parviendraient jusque-là. Hélas, alors que sa destruction n'était pas encore à l'ordre du jour, c'est un orage qui allumera les charges et détruira l'ouvrage. Une nouvelle passerelle sera mise en place en 1948, en attendant un nouveau pont, un peu plus en aval, en 1960. Seules les piles de 1837 subsistent, et ce sont elles qu'on voit encore au bord de la Vilaine. En 1995, pour délester ce pont d'une partie du traffic routier, un autre pont en arc (inférieur cette fois) est construit 800 mètres en amont.

A voir aussi

- Cet article est sous licence Creative Commons by-nc-sa.