Au hasard des archives...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 30 décembre 2010

Compte de scolarité et livres de pension vers 1820

Pour renouer avec les premiers billets de ce blog, voici la liste de ce que devait apporter une jeune fille (ici Antoinette Hochedé de la Pinsonnais qui avait une dizaine d'années) en arrivant en pension, avec le prix de la pension même et des cours supplémentaire.


Le prix de la pension est 500f par an
Les maitres d'écriture et d'orthographe 15f par quartier
Le maitre de musique vocale 8f par mois
Le maitre de dessin également 8f par mois

Les livres nécessaires
Une Bible de Royaumont
un Psautier
un Catéchisme du diocèse
une Journée chrétienne à l'usage de Potier
la Géographie de Gautier avec son atlas
l'Histoire complette par A.M.D.G. qui se trouve chez Bussueil, place Bourbon
la grammaire de Jegou

Linge
3 paires de draps
une douzaine de serviettes, 6 pour la table et 6 pour la toilette
2 robes noires avec leur pelerine, une de deshabillé
6 voiles
6 colerettes
6 bonnets. L'autre linge à la volonté des parents.

Si Madame Ogedé désire d'autres renseignements, je me ferais un plaisir de les lui donner, je la prie d'en être persuadée ainsi que du respect avec lequel j'ai l'honneur d'être sa très humble et obéissante servante.

Sr M[arie] F[elic]ie Levaillant

Source : Archives de la Pinsonnais, A2 1006.2

Bonne année !!


Généalogie :

François Marie Vincent Hochedé de la Pinsonnais
X Antoinette Duchesne de Chédouët
________|______________________________________
| | |
Edmond H. de la Pinsonnais Antoinette Eugénie
X Louise Jarret de la Mairie X Alfred de Goué Sans alliance
|
Joseph-Edmond H. de la Pinsonnais
X Louise de Villoutreys de Brignac
|
Jean H. de la Pinsonnais
X Elisabeth de Brébisson
Mes grands-parents

- Cet article est sous licence Creative Commons by-nc-sa.

mardi 10 mars 2009

Nantes - Ecole Industrielle et Ménagère vers 1920

Les premières cartes postales illustrées sont apparues en France dans les années 1880, et en 1891, elles reproduisirent des photographies. Mais ce n'est vraiment qu'à partir de 1900 qu'elles connurent un succès toujours croissant jusqu'à la Seconde Guerre Mondiale, âge d'or de la carte postale. N'oublions pas qu'à cette époque, il y avait peu d'illustrations dans les journaux et encore moins d'appareils photos, la carte postale, qui est une image très réaliste, est pour beaucoup le seul moyen de faire partager d'autres horizons.

Pour l'historien, c'est devenu un témoin de l'environnement de vie de nos ancêtres. C'est pour cela que les cartes les plus recherchées sont aujourd'hui celles qui sont animées, c'est-à-dire celles représentant des personnages dans leur vie quotidienne (une rue passante, la sortie de la messe, un jour de marché)... ou des événements exceptionnels (manifestations, fêtes...).

Dans ce registre, voici une série de cartes un peu publicitaires, où les élèves de l'Ecole Industrielle et Ménagère de Nantes posent dans leurs diverses activités, vers 1920.

Collection particulière A. de la Pinsonnais.

On trouve sur le site de l'Institut National de la Recherche Pédagogique une autre carte de cette série.

- Cet article est sous licence Creative Commons by-nc-sa.

mardi 3 février 2009

Le premier mois de pension d'une jeune fille en 1825

Je viens de retrouver un reçu concernant la scolarité d'Antoinette Hochedé, un peu plus ancien que les précédents comptes ici publiés, et un autre, un peu plus récent. Pour le premier, Eugénie n'était pas encore pensionnaire, ce qui laisse penser que les petites filles entraient en pension vers l'age de 11 ou 12 ans. La lettre qui suit permet de préciser cela : elle parle du premier mois de scolarité d'Antoinette, née en avril 1813. Elle avait alors 12 ans.

Reçus de la pension d'Antoinette Hochedé de la Pinsonnais

Le montant du quartier de pension en 1825 est le même qu'en 1829, 125 francs, mais les autres dépenses n'y sont pas mentionnées.

Nous soussignée supérieure du Monastère de la Visitation Ste Marie, reconnaissons avoir reçu de Madame Hochedé cent vingt-cinq francs, pour un quartier de la pension de notre chère petite soeur, Antoinette Hochedé, sa fille commencé du vingt-quatre août dernier. Nantes vingt octobre mil huit cent vingt-cinq.

Sr Marie Antoinette de la Ferronnay Sp

(Archives de la Pinsonnais, A2.1002)

Je soussigné supérieure de la Visitation reconnais avoir reçu de Madame Hochedé six cent soixante sept francs soixante centimes, pour deux quartiers et deux mois de la pension de nos chères petites soeurs Antoinette et Eugenie Hochedé ses filles commencés du vingt quatre novembre mil huit cent vingt huit et echus le vingt quatre Juillet mil huit cent vingt neuf - ayant deduit quatre-vingt deux francs trante centimes pour le mois qui reste pour le terme du troisieme quartier.

Nantes le vingt quatre Juillet mil huit cent vingt neuf.

(Archives de la Pinsonnais, A2.1001.08)

Lettre de la supérieure de la Visitation de Nantes

Madame

Je recois a l'instant votre lettre et n'ai qu'un moment pour vous donner des nouvelles de votre chère petite dont la santé est très bonne, elle commence à être tout à fait raisonable, elle ne pleure plus, aime beaucoup sa maîtresse et a un grand desir de sinstruire : elle réussira, je lespère bien, elle y met une bien bonne volonté : ses compagnes l'aiment beaucoup et elle est fort bien avec elles ; Jusqu'à ce moment Madame son caractère nous a paru doux et bon, mais c'est encore bien nouveau, et il nous faut toujours quelques mois pour bien les connaître : elle annonce de la piété ce qui est un grand point. Je suis forcée Madame de vous quitter ne voulant pas manquer l'occasion ; - Veuillez agréer et faire agréer à Mademoiselle votre tante l'hommage du profond respect avec lequel j'ai l'honneur d'être.

Madame

Votre très humble et très obeissante servante

Visitation 24 Juin 1825 - Sr Antoinette de la Ferronnays Spre


(Archives de la Pinsonnais, A2.1003b)

Généalogie :

François Marie Vincent Hochedé de la Pinsonnais
X Antoinette Duchesne de Chédouët
________|______________________________________
| | |
Edmond H. de la Pinsonnais Marie Antoinette Marie Eugénie
X Louise Jarret de la Mairie X Alfred de Goué Sans alliance
|
Joseph-Edmond H. de la Pinsonnais
X Louise de Villoutreys de Brignac
|
Jean H. de la Pinsonnais
X Elisabeth de Brébisson
Mes grands-parents
- Cet article est sous licence Creative Commons by-nc-sa.

- page 1 de 2