Au hasard des archives...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Preuve de noblesse

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 10 février 2018

Preuves de noblesse de Jacques-Séraphin-Claude du Boisjourdan (1697)

Preuves de la noblesse de Jaque-Séraphin-Claude du Boisjourdan, présenté pour etre reçu page du roi dans sa Grande Écurie sous le comandement de Son Altesse monseigneur le comte d’Armagnac, Grand Écuyer de France.

Anjou, mai 1697

D’or semé de fleurs de lis d’azur, à trois lozanges de gueules posées deux et une. Casque etc.

Jaque-Séraphin-Claude du Boisjourdan, 1680.

Extrait du régitre des batêmes de la paroisse de la Grande-Boëre, au diocèze du Mans, portant que les cérémonies du batème furent suplées le 19e d’octobre de l’an 1682 à Jaque-Séraphin-Claude, né le 7e de juillet de l’an 1680 du mariage de messire René-Marc de Boisjourdan, chevalier, seigneur de Boisjourdan, de Chasnai et de Maignanne, et de dame Madelène Beuvier, sa femme. Cet extrait delivré le 18e d’avril de l’an 1697 et signé Le Sourd, curé de l’église de la Grande-Boëre.

Ierdegré, père et mère. René-Marc de Boisjourdan, seigneur du Boisjourdan, Madelène Beuvier sa femme, 1673.

Contract de mariage de messire René-Marc de Boisjourdan, chevalier, seigneur de Boisjourdan, de Chasnai et de Magnane, fils de messire Hercules-François de Boisjourdan et de dame Françoise de Hardouin, sa veuve, acordé le 24e d’avril de l’an 1673 avec demoiselle Madelène Beuvier, fille de messire Hilaire Beuvier, chevalier, seigneur de Palmiers, et de dame Anne du Chafaut, sa veuve. Ce contract reçu par Guillemet, notaire à Vouvant.

Jugement rendu le 23e d’août de l’an 1667 par monsieur de la Noiraïe, intendant dans les provinces d’Anjou, de Touraine et du Maine, par lequel il donne acte à dame Françoise de Hardouin, veuve de messire Hercule-François de Boisjourdan, chevalier, seigneur de Boisjourdan, dans la paroisse de Bouëre, election de la Flèche, et ressort [folio 152v] de Chateaugontier, et ayant la gardenoble de René-Marc de Boisjourdan et de Louis de Boisjourdan, chevalier de l’ordre de Saint-Jean de Jéruzalem, ses enfants, de la representation qu’ils avoient fait de leurs titres, pour la justification de leur noblesse. Cet acte signé Voisin de la Noyraie.

IIedegré, ayeul et ayeule. Hercules-François de Boisjourdan, seigneur de Boisjourdan, Françoise de Hardouin sa femme, 1648. D’argent à une fasce de gueules acompagnée en chef d’un lion de sable couronné, lampassé et armé de gueules, et en pointe de deux quintefeuilles de sable.

Contract de mariage de messire Hercules-François de Boisjourdan, chevalier, seigneur de Boisjourdan, fils de messire François de Boisjourdan et de dame Antoinette de Baubigné, sa femme, acordé le 22e de novembre de l’an 1648 avec demoiselle Françoise de Hardouin, fille de messire Urbain de Hardouin, chevalier, seigneur de la Girouardière, et de dame Madelène Le Bastard, sa femme. Ce contract reçu par Boutin, notaire à Chateaugontier.

Proces verbal des preuves de la noblesse de Louis de Boisjourdan, ecuyer, fils de Hercules-François de Boisjourdan, chevalier, seigneur de Boisjourdan, et de dame Françoise de Hardouin, sa veuve, faites le 5e de juillet de l’an 1663, pour sa reception dans l’ordre de Malte, au Grand Prieuré d’Aquitaine, par François Petit de la Guierche, commandeur de Coudrie et de Puiravau, et par [folio 153] Charles de Savonnières de la Bretèche, commandeur du Temple d’Angers. Cet acte reçu par Badier, notaire à Chateaugontier.

Partage des biens de François de Boisjourdan, ecuyer, seigneur de Boisjourdan, fait le 17e de mars de l’an 1643 entre Hercules, seigneur de Boisjourdan, son fils ainé, et Ancelme de Boisjourdan, son frère, ecuyer, seigneur du Chasnai, du consentement de demoiselle Antoinette de Baubigné leur mère. Cet acte reçu par Colin, notaire à Chateaugontier.

IIIedegré, bisayeul et bisayeule. François de Boisjourdan, seigneur de Boisjourdan, Antoinette de Baubigné sa femme, dame de Chesnai, 1610. D’argent à trois chevrons de gueules.

Contract de mariage de François de Boisjourdan, fils ainé et principal héritier d’Antoine de Boisjourdan, ecuyer, et de demoiselle Julienne de Rochereul, sa veuve, acordé le 19e d’octobre de l’an 1610 avec demoiselle Antoinette de Baubigné, fille de François de Baubigné, ecuyer, seigneur d’Asnières, et de demoiselle Marguerite Torchart, sa veuve, femme de Louis de la Haie, ecuyer, sieur de Mongazon. Ce contract reçu par Durand, notaire au bourg de Gennes, ressort de Chateaugontier.

Partage donné le 12e du mois d’aoust de l’an 1624 par François de Boisjourdan, ecuyer, seigneur de Boisjourdan, à demoiselle Filipe du Boisjourdan, sa sœur, femme de François du Bouzei, ecuyer, dans la succession d’Antoine de Boisjourdan, leur père, ecuyer, seigneur de Boisjourdan. Cet acte [folio 153v] reçu par Gilloust et Lemoul, notaires à Saint-Laurent-des-Mortiers.

Commission de capitaine dans le régiment de la Cotardaie, donné par le roi au sieur de Boisjourdan le 24e de mai de l’an 1621. Ces lettres signées Louis et contresignées Brulard.

IVedegré, trisayeul et trisayeule. Antoine de Boisjourdan, seigneur de Boisjourdan, Julienne de Rochereul sa femme, 1575. De sable à huit coquilles d’argent posées quatre, trois et une, et un chef de gueules chargé de trois poignards d’argent, les pointes en haut.

Contract de mariage d’Antoine de Boisjourdan, ecuyer, fils ainé et héritier principal et noble de messire Jean de Boisjourdan et d’Anne-Madelène de la Chapelle, sa femme, acordé le 10e du mois d’aoust de l’an 1575 avec Julienne de Rochereul, fille de noble et puissant Jean de Rochereul, seigneur de la Frudière et d’Onglepied, connetable de la ville de Nantes, et de demoiselle Julienne Le Porc, sa femme. Ce contract passé devant Thonnin, notaire à Nantes.

Partage de la succession d’Antoine de Boisjourdan, ecuyer, seigneur de Boisjourdan, et de celle de demoiselle Julienne de Rochereul sa femme, fait le 21e d’octobre de l’an 1610 entre François de Boisjourdan, leur fils ainé, et Jaques de Boisjourdan son frère. Cet acte reçu par Le Moine et Teullier, notaires à la Bouëre.

[folio 154] Vedegré, 4es ayeul et ayeule. Jean de Boisjourdan, seigneur de Boisjourdan, Madelène de la Chapelle sa femme, 1539. […] à une croix de sable.

Contract de mariage de noble homme Jean de Boisjourdan, seigneur de Boisjourdan et du Boulais, acordé le 6e de juillet de l’an 1539 avec demoiselle Madelène de la Chapelle, fille de noble homme Jean de la Chapelle, seigneur de la Troussière et de la Chatelainie de Varenne-L’Enfant, et de demoiselle Cristoflette Lenfant, sa femme. Ce contract reçu par Pillier, notaire à Bourgnouvel.

Partage donné le 21e d’aout de l’an 1546 par noble homme Jean de Boisjourdan, seigneur de Boisjourdan, à demoiselles Mathurine, Caterine, Perrette, Bastienne et Françoise de Boisjourdan, ses sœurs, dans la succession echue de noble homme Filipe de Boisjourdan, leur père, et dans celle qui pourroit echeoir après la mort de demoiselle Anne Le Maczon, leur mère. Cet acte reçu par Rebours, notaire au bourg de Bouëre.

Aveu de la terre et seigneurie de Boisjourdan, mouvante de la chatellenie de Bouëre, donné le 21e de juin de l’an 1542 par noble homme Jean de Boisjourdan, seigneur de Montavalon, à messire René d’Espinai, seigneur et baron de Durtal et de la Bouëre. Cet acte signé Caillard.

[folio 154v] VIe degré, 5eayeul et ayeule. Filipe de Boisjourdan, seigneur de Boisjourdan, Anne Le Masson sa femme, 1506. D’argent à un cerf passant de gueules, son bois d’azur.

Contract de mariage de noble personne Filipe de Boisjourdan, fils ainé et principal heritier de noble homme Pierre de Boisjourdan, ecuyer, seigneur de Boisjourdan, acordé le 2e de fevrier de l’an 1506 avec demoiselle Anne Le Masson, fille de noble homme Tibaud Le Masson, ecuyer, seigneur de Beauchesne, conseiller et procureur du roi en Anjou. Ce contract reçu par Gourraut et Le Cerf, notaires à Angers.

VIIedegré, 6e ayeul et ayeule. Pierre Boisjourdan, seigneur de Boisjourdan, Guillemette Lenfant, sa femme, 1485. D’or à trois fasces de gueules.

Contract de mariage de nobles personnes Pierre de Boisjourdan, ecuyer, fils de Jean, seigneur de Boisjourdan, ecuyer, et de demoiselle Jeanne Hatri, sa femme, acordé le 25e d’août de l’an 1485 avec demoiselle Guillemette Lenfant, du consentement de Guion Lenfant, son frère, ecuyer, seigneur de la Patrière.

VIIIedegré, 7e ayeul et ayeule. Jean de Boisjourdan, seigneur de Boisjourdan, Jeanne Hatri sa femme, 1450. D’azur à deux fasces d’argent, acompagnées de cinq croix de même, posées deux en chef, une en face et deux en pointe.

Assignation donnée devant le bailli de Tours le 15e de novembre de l’an 1457 pour obliger Guillaume Auvré, ecuyer, seigneur de Sourches, à reparer le dommage qu’il avoit causé à Jean de Boisjourdan, ecuyer, panetier du roi, et maitre d’hotel du duc d’Alençon, en faisant un chemin dans son domaine de la seigneurie de Malabri.

Nous, Charles d’Hozier, conseiller du roi, genealogiste de sa Maison, garde de l’armorial général de France, et chevalier de la religion et des ordres militaires de Saint-Maurice de Savoie,

Certifions au Roi et à Son Altesse monseigneur Louis de Lorraine, comte d’Armagnac, de Brionne et de Charni, grand ecuyer de France, commandeur des ordres du Roi, grand sénéchal de Bourgogne, gouverneur d’Anjou et gouverneur des villes et des châteaux d’Angers et du Pont de Cé, que Jaques-Séraphin-Claude de Boisjourdan a la noblesse nécessaire pour etre reçu au nombre des pages que Sa Majesté fait elever dans sa Grande Ecurie, comme il est justifié par les actes qui sont énoncés dans cette preuve, laquelle nous avons vérifiée et dressée à Paris le troisième jour du mois de mai de l’an mile six cent quatre-vingt-dix-sept. Signé d’Hozier.

[Signé : ] d’Hozier, per duplicata.

Généalogie :
René-Marc du Boisjourdan
x Madeleine de Beufvier
|
Louis-René-Marc du Boisjourdan, frère de Jacques-Séraphin-Claude
x en 1715 Françoise Gaultier de Brulon
|
Louis-François-Séraphin du Boisjourdan
x Madeleine Guyteau du Lattay
|
Philippe-Madeleine du Boisjourdan
x Henri-René-Julien Jarret de la Mairie
|
Louis-Augustin Jarret de la Mairie
x Marie-Angèle Le Gouz du Plessis
|
Louise Jarret de la Mairie
x Edmond Hochedé de la Pinsonnais
|
Joseph-Edmond H. de la Pinsonnais
X 1890 Louise de Villoutreys de Brignac
|
Jean H. de la Pinsonnais
X Elisabeth de Brébisson
Mes grands-parents

- Cet article est sous licence Creative Commons by-nc-sa.

jeudi 28 décembre 2017

Preuves de noblesse de Louis-François-Séraphin du Boisjourdan (1731)

Preuves de la noblesse de Louis-François-Séraphin du Boisjourdan, agréé pour estre élevé page du roi dans sa Grande Écurie sous le comandement de Son Altesse monseigneur le prince de Lorraine, Grand Écuyer de France.

Anjou, avril 1731

D’or semé de fleurs de lys d’azur, et trois lozanges de gueules posées sur le tout, deux et une. Casque de deux tiers.

Ierdegré, produisant. Louis-François-Seraphin du Boisjourdan, produisant. 1717.

Extrait du regitre des batesmes de la paroisse de Grez-en-Boire au diocèze d’Angers, portant que Louis-François-Séraphin du Boisjourdan, fils de René-Marc du Boisjourdan, ecuyer, seigneur de Chanai, et de demoiselle Françoise-Charlote-Théreze Gautier, sa femme, fut batisé le neuviesme de janvier de l’an mile sept cens dix sept. Cet extrait signé Henriau, curé de ladite eglise, et légalisé.

IIedegré, père et mère. René-Marc du Boisjourdan, seigneur de Chanai, Françoise-Charlote-Thérèze Gautier de Brulon, sa femme, 1714. [D’azur] à une rose d’argent accompagnée en chef de deux … 1 d’or et en pointe d’un … de mesme.

Contract de mariage de Louis-René-Marc du Boisjourdan, ecuyer, seigneur de Chanai, fils de René-Marc du Boisjourdan, ecuyer, seigneur du Boisjourdan, et de demoiselle Madeleine Beufvier sa femme, acordé le quatorziesme de septembre de l’an mile sept cens quatorze avec demoiselle Françoise-Thérèze Gautier de Brulon, veuve de Louis Marant, ecuyer, seigneur de Rougemont, et fille de François Gautier de Brulon, ecuyer, seigneur de Brulon, et de demoiselle Madelène du Boisjourdan. Ce contract passé devant Maignan, notaire à Chateaugontier.

Ordonance rendue à Tours le huitiesme de mai de l’an mile sept cens quinze par M. Chauvelin de Beausejour, maistre des requestes et comissaire départi dans ladite generalité, par laquelle Jaques-Seraphin-Claude du Boisjourdan, seigneur du Boisjourdan, fils de René-Marc du Boisjourdan, seigneur du Boisjourdan et de Chanai, et de demoiselle Madelène Beuvier sa femme, est maintenu dans la qualité de noble et d’escuyer, dont il avoit justifié la possession. Cette ordonnance signée Chauvelin.

IIIedegré, ayeul. René-Marc du Boisjourdan, seigneur du Boisjourdan, Madelène Beufvier sa femme, 1673. D’azur à trois testes de bœuf d’argent, posées de front, deux [et une], et couronnées d’or.

Contract de mariage de messire René-Marc du Boisjourdan, chevalier, seigneur du Boisjourdan, de Chanai et de Magnane, fils de messire Hercules-François du Boisjourdan, chevalier, seigneur desdits lieux, et de dame Françoise de Hardouin, sa veuve, acordé le vingt-quatriesme du mois d’avril de l’an mile six cens soixante-treize avec demoiselle Madelène Beufvier, fille de messire Hilaire Beufvier, chevalier, seigneur de Paliniere, et de dame Anne du Chafaut. Ce contract passé devant Guillemet, notaire de la baronie de Vouvant.

Procès-verbal des preuves de la noblesse de Charles-Joseph du Boisjourdan, fils de René-Marc-Joseph du Boisjourdan, chevalier, seigneur du Boisjourdan, et de dame Madelène Beufvier, sa veuve, faites le septiesme d’octobre de l’an mile sept cens un, pour estre reçu chevalier de l’ordre de Saint-Jean de Hierusalem, dit de Malthe, au Grand Prieuré d’Aquitaine, par frères François-Marie des Bans de Mareuil, comandeur de Saint-Remi, et Gabriel du Bois de la Ferté, comandeur de Thévale, chevalier du mesme ordre, comissaires nommés à ces offices. Ce procès-verbal reçu par Couet, notaire au lieu de Boire, diocèze du Mans.

[folio 21v] Ordonance rendue au chateau du Loir le vingt troisiesme du mois d’aoust de l’an mile six cens soixante-sept par monsieur Voisin de la Noiraie, maitre des requestes et comissaire départi dans la generalité de Tours, par laquelle il donne acte à dame Françoise de Hardouin, veuve de messire Hercules-François de Boisjourdan, chevalier, seigneur de Boisjourdan, de la représentation qu’elle avoit fait des titres justificatifs de la noblesse de René-Marc du Boisjourdan et de Louis du Boisjourdan, chevalier de l’ordre de Saint-Jean de Hierusalem, ses enfans, dont elle avoit la garde noble. Cette ordonnance signée Voisin de la Noiraie.

IVedegré, bisayeul. Hercules-François du Boisjourdan, seigneur du Boisjourdan, Françoise de Hardouin sa femme, 1648. D’argent à une fasse de gueules acompagnée en chef d’un lion de sable couronné, langué et onglé de gueules, et en pointe de deux quintefeuilles de sable.

Contract de mariage de messire Hercules-François du Boisjourdan, chevalier, seigneur du Boisjourdan, fils de messire François du Boisjourdan, chevalier, seigneur dudit lieu, et de dame Antoinette de Baubigné, sa femme, acordé le vingt-deux de novembre de l’an mil six cens quarante-huit avec demoiselle Françoise de Hardouin, fille de messire Urbain de Hardouin, chevalier, seigneur de la Girouardière, et de dame Madelene Le Bastard. Ce contract passé devant Boutin, notaire à Chateaugontier.

Proces verbal des preuves de la noblesse de Louis du Boisjourdan, ecuyer, fils d’Hercules-François du Boisjourdan, chevalier, seigneur du Boisjourdan, et de dame Françoise de Hardouin, sa veuve, faites le cinquiesme de juillet de l’an mile six cens soixante-trois, pour sa réception dans l’ordre de Saint-Jean de Hierusalem, dit de Malthe, au Grand Prieuré d’Aquitaine, par frere François-Felix de la Guierche, comandeur de Condrie et de Puiraveau, et Charles de Savonières de la Bretesche, comandeur du Temple d’Angers, chevaliers du mesme ordre, comissaires només à cet effet. Ce proces verbal reçu par Badier, notaire à Chateaugontier.

Partage des biens de François du Boisjourdan, ecuyer, seigneur du Boisjourdan, fait le dix septiesme de mars de l’an mile six cens quarante-trois entre Hercules du Boisjourdan, son fils ainé, ecuyer, sieur dudit lieu, et Anselme du Boisjourdan, son frère, ecuyer, seigneur de Chasnai, du consentement de demoiselle Antoinette de Baubigné leur mère. Cet acte reçu par Colin, notaire à Chateaugontier.

Vedegré, trisayeul. François du Boisjourdan, seigneur du Boisjourdan, Antoinette de Baubigné sa femme, 1610. D’argent à trois chevrons de gueules posés l’un au-dessus de l’autre.

Contract de mariage de François du Boisjourdan, fils ainé et héritier principal d’Antoine du Boisjourdan, ecuyer, et de demoiselle Julienne de Rochereul, sa veuve, acordé le dix-neuviesme d’octobre de l’an mile six cens dix avec demoiselle Antoinette de Baubigné, fille de François de Baubigné, ecuyer, seigneur d’Asnières, et de demoiselle Marguerite Torchart. Ce contract passé devant Durand, notaire au bourg de Gennes, ressort de Chateaugontier.

[folio 22] Partage dans les biens d’Antoine du Boisjourdan, vivant ecuyer, seigneur du Boisjourdan, donné le vingt-six du mois d’aoust de l’an mil six cens vingt quatre par François du Boisjourdan, ecuyer, seigneur dudit lieu, son fils ainé et héritier principal, et de demoiselle Julienne de Rochereul, sa veuve, à demoiselle Philipe du Boisjourdan, sa sœur germaine, femme de François du Bouzei, ecuyer. Cet acte reçu par Gilloust et Le Moul, notaires à Saint-Laurent-des-Mortiers.

VII et VIIIedegrés, 5 et 6e ayeuls. Antoine du Boisjourdan, seigneur du Boisjourdan, [fils de] Jean et petit-fils de Philipes, seigneur du Boisjourdan, Julienne de Rochereul sa femme, 1575 et 1546. [De] sable à huit coquilles [d’argent] posées quatre, [trois] et une, et un chef de [gueules] chargé de trois [poignards] d’argent, les pointes en haut.

Contract de mariage d’Antoine du Boisjourdan, ecuyer, fils ainé et héritier principal et noble de messire Jean du Boisjourdan, chevalier, seigneur du Boisjourdan, et de dame Madelène de la Chapelle, sa femme, acordé le dixiesme du mois d’aoust de l’an mile cinq cens soixante quinze avec demoiselle Julienne de Rochereul, fille de noble et puissant Jean de Rochereul, seigneur de la Frudière et d’Onglepied, conestable de la ville de Nantes, et de demoiselle Julienne Le Porc. Ce contract passé devant Thomin, notaire à Nantes.

Partage donné le vingt-uniesme du mois d’aoust de l’an mile cinq cens quarante six par noble home Jean du Boisjourdan, seigneur du Boisjourdan, à demoiselles Mathurine, Caterine, Perrette, Bastienne et Françoise du Boisjourdan, ses sœurs, dans les biens qui leur estoient echus par la mort de noble homme Philipes du Boisjourdan leur père, et dans la succession future de demoiselle Anne Le Maczon, leur mère. Cet acte reçu par Rebours, notaire au bourg de Boire.

Nous, Louis-Pierre d’Hozier, juge general d’armes de France, chevalier de l’ordre du roi, son conseiller maitre ordinaire en sa chambre des comptes à Paris, genealogiste de la maison et des ecuries de Sa Majesté et de celles de la Reine,

Certifions au Roi et à Son Altesse monseigneur le prince Charles de Lorraine, grand ecuyer de France, que Louis-François-Séraphin du Boisjourdan a la noblesse nécessaire pour etre admis au nombre des pages que Sa Majesté fait elever dans sa Grande Ecurie, ainsi qu’il est justifié par les actes qui sont enoncés dans cette preuve, laquelle nous avons vérifiée et dressée à Paris le samedi vingt-huitieme jour du mois d’avril de l’an mile sept cens trente un.

[Signé :] d’Hozier.


1. Le document a été mal numérisé par la BNF qui a rogné la marge de la page, quelques mots sont donc tronqués.

Généalogie :

Louis-René-Marc du Boisjourdan
x en 1715 Françoise Gaultier de Brulon
|
Louis-François-Séraphin du Boisjourdan
x Madeleine Guyteau du Lattay
|
Philippe-Madeleine du Boisjourdan
x Henri-René-Julien Jarret de la Mairie
|
Louis-Augustin Jarret de la Mairie
x Marie-Angèle Le Gouz du Plessis
|
Louise Jarret de la Mairie
x Edmond Hochedé de la Pinsonnais
|
Joseph-Edmond H. de la Pinsonnais
X 1890 Louise de Villoutreys de Brignac
|
Jean H. de la Pinsonnais
X Elisabeth de Brébisson
Mes grands-parents

- Cet article est sous licence Creative Commons by-nc-sa.

samedi 3 juin 2017

Preuves de noblesse de Gabrielle-Marie-Anne Boilesve du Plantis pour St-Cyr (1728)


Je trouve à plusieurs reprises la famille Boylesve dans mon ascendance paternelle, famille qu'on retrouve aussi régulièrement lorsqu'on étudie la noblesse bretonne.

Boilesve du Plantis, Anjou, juillet 1728

Preuves de la noblesse de demoiselle Gabrielle-Marie-Anne Boilesve du Plantis, agréée pour estre admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la maison royale de Saint-Louis, fondée à Saint-Cir dans le parc de Versailles.

D'azur à trois sautoirs d'or posés deux et un.

Ier degré. Gabrielle-Marie-Anne Boilesve du Plantis, 1716.
Extrait du régître des batesmes de la paroisse de Saint-Martin de la Place, au diocèze d'Angers, portant que Gabrielle-Marie-Anne, fille de messire Anne Boilesve du Plantis, chevalier, seigneur de Razilli, capitaine de dragons dans le régiment de Beaucour, et de demoiselle Marie-Félice Eveillon, sa femme, naquit le quinze et fut batizée le dix-septiesme d'aoust de l'an mil sept cens seize. Cet extrait délivré le vingt-sixiesme d'avril de la présente année mil sept cens vingt-huit, signé Parent, curé de l'eglise de Saint-Martin de la Place, et légalisé.

IIe degré, père et mère. Anne Boilesve, seigneur de Razilli, Marie-Félice Eveillon sa femme, 1715. D'azur à un chevron d'argent acompagné de trois quintefeuilles au naturel, posées deux et une, à la pointe de l'écu.
Contract de mariage de messire Anne Boilesve du Plantis, chevalier, seigneur de Razilli, capitaine de dragons dans le régiment de Cailus, fils de Jaques Boilesve, vivant ecuyer, seigneur du Plantis, et de demoiselle Jeanne Gohin, sa femme, acordé le dix neuviesme d'aoust de l'an mil sept sens quinze, avec demoiselle Marie-Félice Eveillon, écuyer, seigneur d'Espluchard, conseiller du roi, maitre des Eaux et Forets en la maitrise particulière de la ville d'Angers, et de demoiselle Marie-Marguerite Gohin. Ce contract passé devant Daburon, notaire à Angers.
Nomination de la personne d'Antoine Bouchet, sieur de la Bénardière, pour estre pourvu de la chapelle de Saint-Julien, fondée dans le chateau de la Moderaie, faite à l'evesque d'Angers, le vingt-et-uniesme de mars de l'an mil sept cens vingt-six, par messire Anne Boilesve, seigneur dudit lieu de la Moderaie, de Court et de Romefort, chevalier de l'ordre militaire de Saint-Louis. Cet acte reçu par Joubert, notaire à Angers.

IIIe degré, ayeul. Jaques Boilesve, seigneur du Plantis. Jeanne Gohin, sa femme, 1667. D'azur à une croix d'or trefflée.
Contract de mariage de Jaques Boilesve, ecuyer, seigneur du Plantis, fils de Louis Boilesve, conseiller du Roi en ses conseils, président en la sénéchaussée d'Anjou et siège presidial d'Angers, et de demoiselle Perrine Born, sa femme, acordé le septiesme de janvier de l'an mil six cens [fol. 99v] soixante-sept avec demoiselle Jeanne Gohin, fille de François Gohin, ecuyer, seigneur des Aunais, secretaire ordinaire de la Reine, et de demoiselle Marguerite Serezin. Ce contract passé devant Drouin, notaire à Angers.
Partage noble dans les biens de Louis Boilesve, vivant ecuyer, seigneur de la Gillière et du Plantis, conseiller du roi en ses conseils d'Etat et privé, président au siège presidial d'Angers, et de feue demoiselle Perrine Born, sa femme, donné le huitiesme de janvier de l'an mil six cens quatre vingt quatre par Louis Boilesve, leur fils ainé et héritier principal et noble, ecuyer, seigneur dudit lieu de la Gillière, conseiller du roi en ses conseils, lieutenant general en la senechaussée d'Anjou et siège presidial d'Angers, à Jaques Boilesve, ecuyer, seigneur du Plantis, et à François Boilesve, ecuyer, seigneur des Noulis, conseiller au parlement de Bretagne, ses freres puines. cet acte reçu par Yvart, notaire à Angers.

IVe degré, bisayeul. Louis Boilesve, seigneur du Plantis, Perrine Born, sa femme, 1628.
Contract de mariage de Louis Boilesve, ecuyer, seigneur de la Gillière, fils de Charles Boilesve, ecuyer, conseiller au parlement de Bretagne, et de demoiselle Marie Nicolas, sa femme, acordé le vingt-deuxiesme de janvier de l'an mil six cens vingt-huit avec demoiselle Perrine Born, fille de noble homme Jaques Born, sieur des Noulis, et de demoiselle Anne Sorée. Ce contract passé devant Sérézin, notaire à Angers.
Lettres de conseiller du roi en ses conseils d'Etat, Privé et des Finances, données à Saumur, par Sa Majesté le cinquiesme de mars de l'an mil six cens cinquante-deux, à Louis Boilesve, lieutenant general au siège presidial d'Angers. Ces lettres signées Louis, contresignées Phelypeaux, et scellées.
Partage noble dans les biens de Charles Boilesve, vivant seigneur de la Gillière, conseiller du roi en ses conseils, doyen du parlement de Bretagne, et dans ceux de feue dame Marie Nicolas, sa femme, donné le neuviesme de novembre de l'an mil six cens quarante trois par Louis Boilesve, leur fils ainé et principal héritier noble, ecuyer, seigneur du Plantis, conseiller du roi, lieutenant général en la senechaussée d'Anjou et siège présidial d'Angers, à Gabriel Boilesve, abé de Saint-Aubin-des-Bois, [fol. 100] conseiller au mesme parlement, à Claude Boilesve, ecuyer, sieur de la Guérinière, à Henri Boilesve, écuyer, sieur de la Mauricière, et à Charles Boilesve, sieur des Aunais, conseiller audit parlement. Cet acté signé Ménage.

Ve degré, trisayeul. Charles Boilesve, seigneur de la Gillière, Marie Nicolas, sa femme, 1594. D'azur à trois fusées d'or posées deux et une.
Contract de mariage de noble homme Charles Boilesve, sieur de la Gillière, conseiller au parlement de Bretagne, fils de noble homme François Boilesve, vivant sieur de la Brizarderie, conseiller du roi, lieutenant en la prévôté d'Angers, et de demoiselle Philipe Briouleau sa veuve, acordé le dix neuviesme jour du mois de novembre de l'an mil cinq cens quatre-vingt quatorze, avec demoiselle Marie Nicolas, fille de nobles personnes Louis Nicolas, sieur de la Thomasserie et de la Guérinière, et Anne Blouin. Ce contract passé devant Bardin, notaire à Angers.
Lettres de conseiller au parlement de Bretagne données par le roi à Paris le vingt-deuxiesme de décembre de l'an mil six cens dix-huit à Charles Boilesve, sieur de la Gillière, en considération des service qu'il avoit rendu pendant vingt-quatre ans d'exercice de l'ofice de conseiller audit parlement. Ces lettres signées Louis, contresignées de Loménie et scellées, furent registrées au mesme parlement le vingt-un de février de l'année suivante.
Arrest du Parlement rendu le dix-neuviesme de décembre de l'an mil cinq cens quatre vingt-sept, par lequel sur la requeste présentée par demoiselle Philipe Briouleau, veuve de François Boilesve, conseiller du roi, lieutenant à Angers, et par Marin Boilesve, conseiller au parlement de Bretagne, contenant qu'en haine de ce que le dit François Boilesve, par ordre de la dite cour, avoit fait faire le procès à Mathurin Cochelin, à cause des vexations et les malversations qu'il avoit comises dans l'exercice de son ofice de substitut du procureur general du roi au siège présidial d'Angers, ledit Mathurin Cochelin avoit exposé un libelle diffamatoire en forme de factum contre l'honeur de la famille de Boilesve, et l'avoit fait imprimer et publier en divers lieux, et que pour cette raison, ils suplioient la cour de leur en adjurer réparation honnorable et d'ordoner [p. 101] que ledit libelle seroit bruslé en présence dudit Cochelin, comme faux et calomniateur, et que le mesme Cochelin seroit condamné de les reconnoitre pour gens de bien, nés de noble et ancienne extraction. La dite cour, après avoir vu les titres de la noblesse des exposant et ayant égard à leur requeste, ordonne que ledit factum sera lacéré et suprimé, elle condamne ledit Cochelin en 100 livres parisis d'amende et aux dépens, et elle lui fait défense de ne plus tomber en pareille faute, sous peine de punition exemplaire. Cet arrest signé du Tillet.

Nous, Louis-Pierre d'Hozier, juge d'armes de France, chevalier de l'ordre du Roi, son conseiller, maitre ordinaire en sa Chambre des comptes, l'un des dix conseillers de cours supérieures en l'Hotel de Ville, généalogiste de la Maison et des Écuries de Sa Majesté et de celles de la Reine en survivance,
Certifions au Roi que demoiselle Gabrielle-Marie-Anne Boilesve du Plantis a la noblesse nécessaire pour estre admise au nombre des filles demoiselles que Sa Majesté fait élever dans la Maison royale de Saint-Louis fondée à Saint-Cir dans le parc de Versailles, comme il est justifié par les actes qui sont enoncés dans cette preuve, laquelle nous avons vérifiée et dressée à Paris le mardi vingtiesme jour du mois de juillet de l'an mil sept cens vingt-huit.

[Signé :] d'Hozier


- Cet article est sous licence Creative Commons by-nc-sa.

- page 1 de 2