Au hasard des archives...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 30 septembre 2011

Tudchentil et le Rosmorduc : c'est fini !

Cet après-midi, j'ai numérisé quelques 2400 pages à la Bibliothèque municipale de Rennes. Parmi celles-ci, deux pages de La noblesse de Bretagne devant la Chambre de Réformation 1668-1671, ouvrage en 4 volumes de 2500 pages publié de 1896 à 1905 par Georges Le Gentil de Rosmorduc. J'ai transcrit ces pages ce soir et je les ai mises sur Tudchentil, avec les 243 autres arrêts de la Réformation publiés dans ce recueil.

Je ne reviens pas sur les circonstances qui nous empêchent de publier maintenant ces transcriptions et de faire ainsi honneur au travail précurseur de Georges Le Gentil de Rosmorduc, la mise en ligne se fera à partir de janvier 2012. Les deux premiers arrêts mis en ligne seront aussi une forme d'hommage au fondateur de Tudchentil, disparu en 2005, car il s'agit d'un arrêt transcrit par Norbert Bernard lui-même et de l'arrêt concernant la famille de Treanna, que Norbert à beaucoup étudiée.

Sauf les deux pages numérisées cet après-midi, le travail est en réalité terminé depuis avril dernier, je prend prétexte de ce petit évènement pour remercier les transcripteurs bénévoles et partager quelques chiffres :
- 2 ans et demi de travail
- 2500 pages
- 244 arrêts
- 6 transcripteurs actifs et réguliers
- 1 coordinateur et relecteur

Les transcripteurs n'ont pas tous œuvré simultanément, et l'ont fait selon leur disponibilité et leur bonne volonté, la bonne nouvelle est qu'il n'y a jamais eu d'arrêt, mais toujours au moins 3 personnes d'actives. Voici à peu près la répartition des bénévoles ayant fait 5 transcriptions ou plus, par ordre d'arrivée des transcripteurs :
- Rémy Le Martret : 10%
- Patrick Brangolo : 5%
- Jean-Claude Michaud : 25%
- Marie-Dominique Dolo : 14%
- Jean-Claude Bourgeois : 4%

7% des arrêts a été transcrit par divers transcripteurs, qui ont chacun transcrit de 1 à 4 arrêts. Le reste (35%), par votre serviteur. Les arrêts seront publiés régulièrement, tous les 2 ou 3 jours, sur Tudchentil durant les années 2012 et 2013.

Mais l'aventure est loin d'être terminée, et nous nous sommes maintenant attaqués aux preuves de noblesses des bretons et bretonnes pour être admis(es) dans les Ecuries du roi, les demoiselles de Saint-Cyr ou l'Ecoles militaire : il n'est pas trop tard pour nous rejoindre, et mieux, il y a du travail pour tout ceux qui voudront nous rejoindre !

samedi 4 juin 2011

La cathédrale de Tréguier

Le week-end dernier, c'était le pardon de Saint-Yves à Tréguier. Voici quelques vues anciennes et actuelles de la cathédrale...

(Photographies et collection A. de la Pinsonnais)


- Cet article est sous licence Creative Commons by-nc-sa.

samedi 29 janvier 2011

La Hélardière : patrimoine restauré, patrimoine en danger

La Hélardière est un joli manoir proche de Donges, que j'ai visité en 2008 lors du congrès de la SHAB, en compagnie des meilleurs guides que l'on puisse avoir pour une telle visite : Gwyn Meirion-Jones, professeur émérite de la London Metropolitan University et l'un des meilleurs spécialistes du manoir breton, et son compère Michael Jones, professeur émérite de l'Université de Nottingham, historien de la Bretagne ducale, particulièrement de celle de Jean IV, et grand connaisseur des archives bretonnes. Nos deux amis ont beaucoup travaillé ensemble et publié plusieurs articles de référence sur le manoir breton, ils étudient la Hélardière depuis plusieurs années en compagnie de sa propriétaire Mme Bosse-Perus, qui avait remarquablement accueilli la société ce jour-là, malgré les travaux en cours.


La Hélardière est un manoir à cour fermée, auquel on accède par une porte cochère à double entrée (charrière et piétonne). A droite de cette entrée se trouve une petite marre, qui a pu être creusée lors de la construction du manoir afin d'en extraire de l'argile. Elle a ensuite servi de lavoir et d'abreuvoir pour les animaux, comme en témoigne une rampe pavée (qui n'apparaît pas sur mes photos), juste à droite de la porte piétonne.



Même s'il est très probable que le site de la Hélardière soit plus ancien que le XIVe siècle, c'est de cette époque que datent les premiers indices certains de son occupation. Entrons dans la cour. Face à nous (au centre sur la carte ci-dessous), la salle basse, pièce principale du manoir, où le seigneur reçoit et s'organise la vie quotidienne. Ce bâtiment n'a toujours eu qu'un étage, la seule grande pièce qui l'occupait n'avait pas de plafond, laissant voir la charpente sculptée. A gauche de la salle basse, on trouve une unité de logement, que le professeur Gwyn Meirion-Jones appelle chamber-block, datant probablement du XVe siècle.


Lors de notre visite, la toiture de la salle basse et la tour à sa droite étant en pleine restauration, je n'ai pas de photo correspondant à la vue de cette carte postale. Mais nous avons pu admirer la charpente, elle aussi en pleine restauration.

A droite de la salle basse, voici le logis avec sa tourelle (XVIe) le reliant au corps principal. Ce logis se compose de deux unités résidentielles, celle de droite étant la plus ancienne (XIVe), l'autre ayant été reconstruite au XVIe siècle. Le logis est prolongé par une chapelle, elle aussi du XVIe. Les recherches de nos deux historiens ont permis de retrouver les familles propriétaires de la Hélardière : Aux Briant (1428), succède Jean André (1472), les familles Cybouault (1526), du Bouexic (1650) et Praud (1807). Les éléments du XVe seraient à attribuer à Jean André, ceux du XVIe aux Cybouault.




La famille Praud conservera la Hélardière et c'est eux qui habitent le manoir à l'époque où furent faites ces cartes postales, où l'on voit un magnifique jardin. Mais, à la mort de leur dernier descendant en 1952, le domaine est vendu aux Raffineries Françaises du Pétrole de l'Atlantique qui ne se soucient visiblement pas de son entretien, le projet faisant du manoir un "cercle des ingénieurs" ayant été abandonné. C'est de cette époque qu'à du disparaitre le jardin. Le manoir est revendu à un propriétaire privé en 1967, qui réaménage le logis pour le rendre habitable. En 2002, le manoir est acheté par Mme Viviane Bosse-Perus, qui non seulement en entreprend une remarquable la restauration, mais s'attache encore à retrouver l'histoire de la Hélardière.


Hélas, Donges est surtout connu des français pour sa raffinerie, propriété de Total. Et Total ne semble pas du tout se soucier du patrimoine de Donges : l'entreprise a acheté et ruiné plusieurs propriétés. En achetant les terrains proches de la Hélardière en 1955, la raffinerie s'était engagée à ne rien y construire. Mais considérant certainement que sa parole vaut moins que ses profits, elle y a construit des réservoirs de pétrole, l'un d'eux à seulement 130m de la Hélardière. Aujourd'hui, le manoir est menacé de délaissement, Total impose ses règles aux riverains et... aux élus ! Total, l'entreprise aux milliards de bénéfice, préfère sans doute détruire que protéger le patrimoine de la commune où elle s'est installé.


Le patrimoine de la Loire-Atlantique, du moins ce qu'il en subsiste, est mal protégé. Souvent avec l'indifférence des élus, parfois avec leur complicité, voire à leur initiative : le château d'Ancenis, les fortifications gallo-romaines du Bouffay, le couvent des Cordeliers à Nantes... les menaces sur le patrimoine ligérien ne manquent pas. Je pense que l'intérêt historique de la Hélardière dépasse largement Donges, voire la Loire-Atlantique. Mais à Donges, le manoir n'est pas seul à souffrir de la loi du pétrolier, les restrictions que Total impose concernent beaucoup de dongeois, la Hélardière n'est pas seule ! Elle peut même être le symbole de leur résistance face aux contraintes régulièrement imposées par Total.

Ne laissons plus notre patrimoine sacrifié à des intérêts financiers, alors qu'une goutte des bénéfices exhorbitants de Total suffiraient à mettre durablement en valeur la Hélardière, tout en redorant le blason déjà bien terni de cette entreprise toute-(trop)-puissante !
Ami visiteur, merci de donner ne serait-ce qu'une minute de ton temps pour laisser un mot de soutien sur le livre d'or de la Hélardière !

Cartes postales anciennes : Collection de Mme Viviane Bosse-Perus, publiées avec son autorisation.
Photographies : Amaury de la Pinsonnais, le 5 septembre 2008, lors du Congrès de la Société d'Histoire et Archéologie de Bretagne.

Pour aller plus loin :
Je remercie Mme Bosse-Perus de m'avoir communiqué les images de ses cartes postales anciennes pour cet article.

- Cet article - hors numérisations des cartes postales anciennes - est sous licence Creative Commons by-nc-sa.

- page 5 de 9 -