Au hasard des archives...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 31 janvier 2014

Une édition numérique et en ligne de l'Armorial breton de Guy Le Borgne

La mise en ligne de l'Armorial Breton de Guy Le Borgne est un projet qui a été lancé en 2009, puis mis en sommeil pour diverses raisons. Le projet a repris en 2011, après que nous ayons numérisé les exemplaires de la Bibliothèque Municipale de Rennes (éditions de 1667 et 1681). Entre-temps, la Bibliothèque Nationale de France a aussi numérisé son exemplaire de 1667 (dont il manque une trentaine de pages à la fin), disponible sur Gallica. La transcription a été réalisée en une fois par une seule personne afin de garantir une uniformité du début à la fin. Elle a ensuite été relue quatre mois après, permettant ainsi un certain recul sur le travail de transcription. Une seconde relecture a été faite encore trois mois plus tard. Ces notices transcrites avec la graphie et la ponctuation originales ont alors été adaptées selon les Conseils pour l'édition des documents français de l'époque moderne (Bernard Barbiche, Gazette des Beaux-Arts, juillet 1980, pp. 25-28) et enrichies de notes précisant la localisation actuelle des 2500 lieux cités, durant les années 2012 et 2013.
La mise en ligne, débuté fin 2011, s'est terminée en janvier 2014.

Ce projet a été réalisé entièrement par Amaury de la Pinsonnais (numérisation, transcription, relecture et mise en ligne), avec une contribution initiale de Bertrand Yeurc'h, en 2009.

La restitution de l'Armorial Breton issue de ce travail est volontairement dépouillée, proche de sa publication originale : le lecteur doit apprendre à lire et comprendre cet armorial. Nous n'avons pas voulu distinguer les terres des patronymes, ni rétablir les orthographes modernes, nous n'avons pas voulu faire un site où seraient servies des données formatées et déjà interpretées que le visiteur trouverait immédiatement, sans prendre le temps d'en comprendre le sens. L'Armorial Breton n'est pas une simple compilation de descriptions héraldiques comme on en trouvera des dizaines, sans grande valeur, deux siècles plus tard. Guy Le Borgne nous livre un armorial de sa composition où beaucoup d'entrées sont originales, terres, familles et villes, où l'ordre des notices, pas strictement alphabétique, a son importance, et où les relations que peuvent avoir ces notices entre elles sont significatives. En leur temps, de nombreux auteurs ont recopié Guy Le Borgne sans le comprendre, et ont fait ainsi de nombreuses erreurs (entre autres Louis-Marie Briant de Laubrière, Pol Potier de Courcy, bien entendu Jean-Baptiste Rietstap ou encore Henri Gourdon de Genouillac).

Une carte des lieux identifiés a été réalisée en janvier 2014, elle met en évidence une sur-représentation des notices concernant le Léon et le Trégor, soit au nord d'une ligne partant de Brest et s'arrêtant à Saint-Brieux. Dans cette zone, la densité des lieux cités est encore plus forte dans les pays de Saint-Pol-de-Léon, Morlaix, Lannion et Tréguier. Un peu plus de 60% des lieux cités sont dans les départements actuels du Finistère ou des Côtes-d'Armor, alors que moins de 2,5% des lieux se trouvent en Loire-Atlantique.

La réalisation de ce site a nécessité un important travail, sans autre ambition que d'en permettre sa libre consultation sur Internet. S'il se trouve que vous en appréciez la consultation, merci de le citer dans vos travaux ou d'en faire la publicité. Vos encouragements sont notre seule récompense.

Consulter l'Armorial Breton sur Tudchentil.

- Cet article est sous licence Creative Commons by-nc-sa.

vendredi 30 septembre 2011

Tudchentil et le Rosmorduc : c'est fini !

Cet après-midi, j'ai numérisé quelques 2400 pages à la Bibliothèque municipale de Rennes. Parmi celles-ci, deux pages de La noblesse de Bretagne devant la Chambre de Réformation 1668-1671, ouvrage en 4 volumes de 2500 pages publié de 1896 à 1905 par Georges Le Gentil de Rosmorduc. J'ai transcrit ces pages ce soir et je les ai mises sur Tudchentil, avec les 243 autres arrêts de la Réformation publiés dans ce recueil.

Je ne reviens pas sur les circonstances qui nous empêchent de publier maintenant ces transcriptions et de faire ainsi honneur au travail précurseur de Georges Le Gentil de Rosmorduc, la mise en ligne se fera à partir de janvier 2012. Les deux premiers arrêts mis en ligne seront aussi une forme d'hommage au fondateur de Tudchentil, disparu en 2005, car il s'agit d'un arrêt transcrit par Norbert Bernard lui-même et de l'arrêt concernant la famille de Treanna, que Norbert à beaucoup étudiée.

Sauf les deux pages numérisées cet après-midi, le travail est en réalité terminé depuis avril dernier, je prend prétexte de ce petit évènement pour remercier les transcripteurs bénévoles et partager quelques chiffres :
- 2 ans et demi de travail
- 2500 pages
- 244 arrêts
- 6 transcripteurs actifs et réguliers
- 1 coordinateur et relecteur

Les transcripteurs n'ont pas tous œuvré simultanément, et l'ont fait selon leur disponibilité et leur bonne volonté, la bonne nouvelle est qu'il n'y a jamais eu d'arrêt, mais toujours au moins 3 personnes d'actives. Voici à peu près la répartition des bénévoles ayant fait 5 transcriptions ou plus, par ordre d'arrivée des transcripteurs :
- Rémy Le Martret : 10%
- Patrick Brangolo : 5%
- Jean-Claude Michaud : 25%
- Marie-Dominique Dolo : 14%
- Jean-Claude Bourgeois : 4%

7% des arrêts a été transcrit par divers transcripteurs, qui ont chacun transcrit de 1 à 4 arrêts. Le reste (35%), par votre serviteur. Les arrêts seront publiés régulièrement, tous les 2 ou 3 jours, sur Tudchentil durant les années 2012 et 2013.

Mais l'aventure est loin d'être terminée, et nous nous sommes maintenant attaqués aux preuves de noblesses des bretons et bretonnes pour être admis(es) dans les Ecuries du roi, les demoiselles de Saint-Cyr ou l'Ecoles militaire : il n'est pas trop tard pour nous rejoindre, et mieux, il y a du travail pour tout ceux qui voudront nous rejoindre !

lundi 11 juillet 2011

Pierrefonds en vidéo

Pour ceux d'entre mes lecteurs qui auraient été intéressés par mes précédents billets sur Pierrefonds (et 2),  voici une vidéo sur Arte +7 (disponible seulement 7 jours) que je vous invite à regarder : Architectures - Pierrefonds, le château de l'architecte.

- page 1 de 3