Au hasard des archives...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Cartes postales anciennes

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 3 décembre 2009

23 novembre 1911 : catastrophe ferroviaire à Montreuil-Bellay

A Montreuil-Bellay le 23 novembre 1911, le train déraille sur le pont du Thouet, et chute dans la rivière en crue. Le pillier central du pont s'était affaisé, il y eu seize victimes. Cette catastrophe est à l'origine de polémiques jusqu’au Sénat, car malgré de graves précédents, la ligne n'avait pas été sécurisée.

Comme une suite au précédent article, voici deux cartes de la catastrophe.

(Collection A. de la Pinsonnais)

Pour aller plus loin :

Jacques Sigot, Une catastrophe ferroviaire, Montreuil-Bellay le 23 novembre 1911 (que je n'ai pas lu).

- Cet article est sous licence Creative Commons by-nc-sa.

vendredi 27 novembre 2009

Les inondations d'Angers en 1910

Lorsqu'un évènement exceptionnel et spectaculaire se produit de nos jours, nous en avons des images quelques heures après même à l'autre bout de la planète. Il y a cent ans, cette instantanéité était inimaginable, mais on pensait tout de même à fixer ces évènements sur... cartes postales.

Voici les inondations d'Angers en 1910. Ces cartes n'étaient pas vendues ponctuellement sur une courte période, mais pouvaient l'être encore plusieurs années après : si la première a été envoyée en 1911, la seconde le fut en 1915.


(Collection A. de la Pinsonnais)

J'ai passé six ans à Angers sans lui connaître son visage de Venise angevine :). Cependant, il y a encore parfois des inondations, comme en 1995 ou cet été, où un orage violent a inondé la gare et empêché le passage des trains.

- Cet article est sous licence Creative Commons by-nc-sa.

dimanche 15 novembre 2009

Le pont de la Roche-Bernard

Pour traverser la Vilaine plus aisément qu'en chaland, un pont fut construit de 1837 à 1840 à la Roche-Bernard. Il fut malheureusement emporté par une tempête en 1852. Reconstruit, il fut encore détruit par une autre tempête en 1870. Une passerelle provisoire est alors mise en place... jusqu'à ce que 40 ans plus tard, un nouveau pont, en arc, soit bâti par l'ingénieur Lebert, à partir des piles du précédent pont.

(Collection A. de la Pinsonnais)

Mais ce nouveau pont n'aura pas plus de chance... En 1944, les allemands y place des charges explosives au cas où les américains parviendraient jusque-là. Hélas, alors que sa destruction n'était pas encore à l'ordre du jour, c'est un orage qui allumera les charges et détruira l'ouvrage. Une nouvelle passerelle sera mise en place en 1948, en attendant un nouveau pont, un peu plus en aval, en 1960. Seules les piles de 1837 subsistent, et ce sont elles qu'on voit encore au bord de la Vilaine. En 1995, pour délester ce pont d'une partie du traffic routier, un autre pont en arc (inférieur cette fois) est construit 800 mètres en amont.

A voir aussi

- Cet article est sous licence Creative Commons by-nc-sa.

- page 4 de 7 -